La maison passive

tout savoir sur la maison passive
La maison passive fonctionne quasiment sans chauffage. C’est un label non réglementaire qui a été développé en Allemagne (Passivhaus) et ne prend en compte que la consommation énergétique du logement contrairement aux labels  officiels du type HQE.  Ce label impose de ne pas dépasser une consommation de 15 KWh/m2 par an pour le chauffage. L’ensemble de l’énergie utilisée (eau chaude sanitaire, électroménager,…)  par le foyer ne doit pas dépasser quant à elle 120  KWh/ m2 par an. La maison passive consomme ainsi 3 fois moins d’énergie pour son chauffage que les logements labellisés BBC  pour qui la norme est fixée à  50 KWh/m2.

La maison passive : qu’est-ce c’est ?

Pour arriver ce résultat, l’isolation de la maison passive est renforcée, les ponts thermiques sont éliminées, les fenêtres sont en triple vitrage, au point que la chaleur dégagée par les habitants ainsi celles des appareils électriques peuvent parfois suffire pour se chauffer ! Un chauffage d’appoint du type poêle n’est donc pas toujours nécessaire.

Parce que la maison passive est très bien confinée avec un calfeutrage renforcé, un bon système d’aération est primordial afin de bien renouveler l’air à l’intérieur du logement et d’éviter les problèmes de condensation. La ventilation se fait alors via une VMC double flux qui  utilise l’air intérieur pour réchauffer l’air entrant en hiver et le refroidir en été.

En suivant ce même principe, il est désormais possible de récupérer la chaleur des eaux grises, ce sont des eaux usées évacuées par le lavabo, la douche, la machine à laver… qui sont encore chargées en calories. La ventilation peut aussi se faire en y couplant un puits canadien ou en l’utilisant d’une manière autonome.

L’orientation de la maison passive est aussi primordiale. Elle doit suivre les principes de l’architecture bioclimatique qui cherche à tirer profit de l’environnement, de la topographie du terrain et du climat (ombres, relief, ensoleillement…).

Quand une maison ordinaire de 150  m2 chauffée au gaz, rejette 5,5 tonnes de Co2 par an, une maison passive n’en rejette qu’une tonne  avec une facture de chauffage qui ne dépassera pas 300 € par an.

Une maison passive coûte  certes plus chère, de 15 %  à 20 % de plus qu’une maison ordinaire mais l’investissement est amorti au bout de 20 ans sans compter que sa valeur à la revente est accrue. Le Grenelle de l’environnement a prévu de rendre obligatoire la norme BEPAS (bâtiment à énergie passive)  calquée sur le Label Passivhaus pour tous les nouveaux bâtiments à compter de 2020.

Avec la participation de Philippe Green, auteur du guide Ecofrugal

Catégories

Articles similaires

Partager cet article