Jardiner pas cher : principes de base

jardinier-pas-cher

Comment se lancer dans le jardinage avec un petit budget ? C’est la question qu’on se pose quand on emménage pour la première fois dans une maison avec jardin. On a tellement de dépenses à faire pour la maison qu’on veut jardiner sans se ruiner.

L’addition serait très lourde si on devait acheter tout le matériel dont on a besoin pour son jardin. Heureusement, il existe de nombreuses astuces pour avoir un beau jardin à petit prix. Voici donc quelques pistes à creuser pour jardiner économiquement.

 

Respecter la nature

Le jardinage, c’est d’abord une leçon d’humilité et de respect de la nature. On apprend en permanence et on doit bien avoir en tête qu’on ne gagne jamais contre la nature. Bien au contraire, on a tout à gagner à composer avec la nature. Planter trop tôt ou trop tard vous garantit une récolte gâchée voire inexistante. Le jardinage est une école de patience et d’observation. Réfléchir, observer et savoir attendre avant d’agir sont les bases de tout bon jardinier.

 

Se renseigner

installer-un-carre-potagerLe jardinage est une affaire de savoir et d’expérience. Au début, on a tout à apprendre et beaucoup de nos essais de plantation ratent lamentablement. Il faut se renseigner au préalable avant tout projet de plantation. Bien connaître la plante, apprendre son cycle de vie, ses besoins et qui sont ses ennemis est primordial. Il existe de nombreux livres et internet est une mine d’or en cherchant bien. On trouve de nombreux sites, blogs ou encore de forums dédiés au jardin. C’est un bon moyen de se renseigner sur la culture d’une plante ou le jardinage en général.

Il ne faut surtout ne pas hésiter à parler de jardinage avec les jardiniers du quartier les plus âgés. Ils ont beaucoup à nous apprendre. Ils ont appris et mis au point leur science du jardinage au niveau local, années après années. Leur savoir et leur expérience sont donc précieux. On gagnera beaucoup de temps à suivre leurs conseils tout en étant attentif aux nouvelles méthodes et aux variétés modernes que les jardiniers les plus âgés délaissent ou dénigrent facilement.

Par exemple, grâce aux bêches dites écologiques, on ne s’épuise plus à bécher mais on aère la terre et on la décompacte en respectant la flore microbienne utile présente dans les premiers centimètres du sol. De même, les variétés récentes de haricots verts n’ont plus de fil en comparaison avec d’anciennes variétés toujours cultivées.

 

Faire de la récup’

Votre famille et vos amis ont peut-être des appareils, des outils ou de l’équipement qu’ils n’utilisent plus. Parlez-leur de vos besoins, ils seront peut-être heureux de vous faire plaisir en vous donnant ce qui ne leur sert plus et les embarrasse.

Il existe un peu partout des bourses d’échanges de plantes et de matériel de jardin. Certains magasins Mr.Bricolage favorisent même le troc de matériel et d’équipement.

Les nombreux vides-grenier sont également l’occasion de trouver du matériel et des outils pour un coût modéré. Il y a également internet et les sites de petites annonces pour dénicher près de chez vous l’équipement ou l’accessoire qui vous manque.

Vous pouvez aussi récupérer et détourner l’usage de certains produits pour les réutiliser au jardin : liens pour attache de végétaux, contenants divers (pots, seaux, bidons…), tuteurs, branchages pour protéger les plantations des oiseaux…

 

Enrichir sa terre

substituts-produits-phytosanitairesAvant toute plantation, il faut bien connaître son jardin et en particulier la nature de son sol : argileuse, limoneuse, sableuse, acide, pauvre en calcaire, profonde… ? Les caractéristiques du sol vont déterminer tout le jardinage et surtout quelles plantations auront les meilleures conditions pour pousser et se développer.

La terre, dite nourricière, fournit des composants minéraux aux plantes pour qu’elles poussent et produisent graines et fruits. La terre s’appauvrit donc progressivement. Il faut en permanence lui restituer ce qu’elle a produit. L’export de minéraux est important pour les légumes du potager et les arbres et arbustes fruitiers. Ils sont limités pour les fleurs, les arbres et arbustes d’ornement, à condition que l’on laisse les branches et les feuilles mortes se décomposer à leur pied.

Bien souvent, on taille les tiges et les branches et on ramasse les feuilles mortes. Dans ce cas, il est alors vivement conseillé de transformer tout cela en compost. Le compost est l’amas de débris végétaux que l’on laisse se décomposer par l’action de la flore microbienne, des vers et des petits insectes. On lui ajoute les déchets ménagers végétaux (épluchures de légumes, marc de café, coquilles d’œuf…). En quelques mois, on obtient une matière brunâtre homogène et friable ressemblant à du terreau. Ce compost est parfait pour être utilisé jardin. Le compost restitue ainsi la plupart des minéraux que le sol avait fournit aux végétaux. Pour plus d’information voir notre vidéo sur la production du compost au jardin.
Toute une variété d’amendements organiques ou minéraux peut également être apportée pour enrichir le sol en nutriments indispensables au jardin :

  • Amendement calcaire : dolomie ou plus simplement coquilles d’huitres fragmentées au marteau pour apporter du calcium au sol.
  • Engrais naturels d’origine minérale issus des carrières et transformés mécaniquement par concassage ou granulation. Ces amendements minéraux naturels apportent également de petites quantités d’autres éléments nutritifs appelés oligo-éléments comme le magnésium, le calcium, le fer, le cuivre, le zinc…
  • Amendements organiques tels que fumier, tourbe, lithothamme, guano, corne, poudre d’os, sang séché, coques de cacao…
  • Divers amendements minéraux tels que chaux, scories, cendres de bois…

 

Économiser l’eau

L’eau est une ressource qui devient précieuse. Selon les régions, elle peut manquer ou être rationnée à certaines périodes de l’année.

Produire de l’eau du robinet coûte de plus en plus cher. Il est ainsi aberrant d’arroser son jardin avec de l’eau potable. Pour cela, certaines communes disposent de deux réseaux d’adduction en eau avec un des réseaux destinés à l’arrosage du jardin. De nombreuses alternatives à l’emploi de l’eau du robinet sont possibles : puisage dans un cours d’eau limitrophe, utilisation d’un puits, forage à faible profondeur ou encore récupération de l’eau de pluie.

De nombreuses solutions permettent de réduire sa facture d’eau :

  • arrosage-potagerÉviter de planter des plantes gourmandes en eau si le terrain ou le climat est sec
  • Adapter ses horaires d’arrosage du jardin pour arroser en dehors des heures les plus chaudes de la journée. Cela évite les pertes par évaporation
  • Adapter la quantité d’eau aux besoins de ses végétaux pour ne pas gaspiller
  • Récupérer l’eau de pluie gratuite qui tombe du ciel
  • Utiliser un programmateur qui va doser le temps d’arrosage
  • Employer des tuyaux poreux ou pratiquer le goutte à goutte pour arroser là où la plante en a besoin. Cela évite d’arroser à côté et favoriser la concurrence des mauvaises herbes
  • Un binage régulier permet de casser la croûte de terre qui se forme en surface et favorise la remontée d’eau par capillarité.
  • Le paillage est une technique culturale qui permet de couvrir le sol au pied des plantes cultivées et de conserver ainsi l’humidité en réduisant l’évaporation.

Catégories

Articles similaires

Partager cet article