Jardin écologique : limiter les traitements

les traitements naturels au jardin pour limiter les produits phytosanitaire

Dès que l’on commence à jardiner on s’aperçoit rapidement que les plantes ont des ennemis. Les plantes font le délice de nombreuses espèces animales, elles ont des maladies et sont concurrencées par d’autres espèces végétales. Autrefois, la réponse immédiate était le recours à un produit de traitement chimique. Depuis quelques années on s’est aperçu que l’usage des pesticides était nuisible à l’environnement et à la santé humaine. Aujourd’hui, avoir un jardin écologique impose de limiter les traitements. Les pesticides sont remplacés par des méthodes et des produits alternatifs. Ces produits sont la plupart du temps naturels et sans impact sur l’environnement.

 

Jardin écologique : surveillance et prévention pour limiter les traitements

On le voit, jardiner c’est s’engager dans une compétition contre les ennemis de nos cultures. Cette compétition implique une première règle à appliquer : la surveillance. C’est particulièrement vrai dans le jardinage. La surveillance doit être régulière et systématique. Elle doit accompagner la croissance et la production de vos plantations. Vous devez observer et intervenir à temps avant que les dégâts des ravageurs ou l’invasion de plantes concurrentes n’aient un impact sur vos plantations. L’intervention est alors plus limitée et moins coûteuse.

Prévention

Prévenir, vaut mieux que guérir dit-on. Ce dicton est bien connu et se vérifie toujours. La prévention est une des bases du jardinage. Elle permet de limiter les traitements au jardin. La prévention au jardin se traduit par quelques principes simples à appliquer. Un des principes de base est de ne pas associer des espèces proches car elles ont les mêmes ravageurs ou les mêmes maladies. Le risque de contamination rapide de tous les plants serait trop élevé.

Vous pouvez planter des plantes résistantes à certaines maladies. Au potager, il faut prévoir une rotation des cultures sur une même parcelle. Cela crée des ruptures et évite la propagation et l’entretien des maladies ou parasites des cultures d’une année sur l’autre. Enfin, certains traitements alternatifs agissent de façon préventive. Quand la maladie apparait, le traitement n’est plus efficace et la plante est bien souvent condamnée (exemple : bouille bordelaise contre le mildiou).

Variétés résistantes et variées

Certaines variétés sont naturellement résistantes à certaines maladies. De plus en plus d’obtenteurs créent de nouvelles variétés résistantes. Observez les maladies les plus courantes dans votre jardin et recherchez les variétés qui y résisteront. Cela vous permettra de limiter les traitements.

 

Jardin écologique : privilégier le naturel

Les coccinelles permettent de lutter naturellement contre les puceronsIl faut favoriser le plus possible la lutte naturelle. Cela nécessite de bien connaître les prédateurs des ennemis de vos cultures pour favoriser leur présence. Ils vous débarrasseront naturellement des ravageurs de vos cultures (hérisson et limaces ou escargots, coccinelles ou syrphes et pucerons, guêpes ou mésanges sur chenilles…).

De nombreuses plantes peuvent servir de répulsifs à certains parasites ou éloigner certaines maladies d’autres plantes. Il est donc intéressant de les associer pour organiser une lutte naturelle au jardin. Enfin, une méthode culturale comme le paillage empêche la germination et limite la présence de plantes adventices qui viendraient concurrencer les plantations du jardin.

Les traitements manuels sont des alternatives très efficaces aux traitements chimiques. Sarcler les mauvaises herbes ou écraser quelques chenilles sur les choux est plus simple, souvent plus rapide et valent mieux qu’un traitement chimique.

 

Traitements naturels au jardin

Les traitements chimiques sont coûteux et nuisibles à l’environnement ainsi qu’à la santé humaine. De plus en plus de traitements chimiques ont maintenant leur alternative en traitements naturels. Les enseignes de bricolage et de jardinerie proposent des gammes de traitements agréés en agriculture biologique. Il existe également de nombreuses recettes de grand-mères très simples, peu chères et aussi efficaces que les traitements chimiques (savon noir sur les pucerons, eau bouillante sur fourmilière…).

Catégories

Articles similaires

Partager cet article